Guerre de succession de Pologne, prétexte pour un affrontement franco-autrichien 1733 - 1738

 

Le contexte :

 

 Depuis 1573, le roi de Pologne est élu par la diète et cela exige un vote unanime. Il arrive souvent qu’elle ne parvienne pas à prendre une décision. Cette situation fait de la Pologne une proie facile pour les États voisins qui cherchent à imposer leur candidat.

 

C’est principalement ce qui se passe à la mort de Jean III Sobieski en 1696.

 

Les 2 candidats en lice sont

 

Mais ce n’est pas lui qui est élu. ! Qu’à cela ne tienne, il fait recommencer les élections, et, le 15 septembre 1697, il est élu et couronné roi de Pologne sous le titre d’Auguste II.

 

Mais Charles XII de Suède vainqueur des russes et des polonais le chasse au profit de Stanislas Ier Leszczynski qui règne de 1704-1709

 

Charles XII est vaincu à son tour et Auguste II s’allie alors au tsar et au roi du Danemark Frédéric IV pour retrouver son trône 1709 - 1733

 

A sa mort, son fils, Auguste III, et Stanislas Leszczynski sont à nouveau rivaux. Stanislas se fait réélire, mais la tsarine Anna envoie une armée russe soutenir Auguste. La crise se transforme en guerre de succession.

 

Les protagonistes :

 

Les partisans de Stanislas :

 

Les partisans d’Auguste :

 

Les évènements :

 

En septembre 1733, la France déclare la guerre à l’Autriche. Stanislas se rend incognito en Pologne (voir le secret du roi de Gilles Perrault) où il apprend que des nobles polonais avaient élu Auguste III avec la protection des troupes russes, prussiennes et autrichiennes. Il doit fuir pour regagner la France.

 

Epilogue : Le traité de Vienne – 1738 - entérine un vaste échange de trône