Trois héritières point de départ de la création des Pays-Bas bourguignons au XVe siècle

 

Antoine de Brabant, l’homme par qui tout arrive

Il est le fils du duc de Bourgogne Philippe le Hardi t de Marguerite III de Falndre, et le frère de Jean Sans Peur.

Il épouse en 1402 Jeanne de Luxembourg fille de Waléran III de Luxembourg, comte de Saint-Pol et de Ligny, et de Maud Holland, et eut :

 

Veuf, il se remarie à Bruxelles le 16 juillet 1409 avec Élisabeth de Goerlitz (1390 † 1451) duchesse engagère de Luxembourg. Il meurt à la bataille d’Azincourt.

 

 

Il hérite du Brabant par sa tante Jeanne de Brabant,1322 - 1406.

Elle est la fille aînée de Jean III de Brabant. Mariée en 1334 Guillaume II de Hainaut comte de Hainaut et de Hollande, ils n’eurent qu'un fils, Guillaume, mort jeune.

Elle se remarie en 1352 avec Wenceslas Ier de Bohême, duc de Luxembourg.

N’ayant que 2 filles, Jean III organise sa succession en désignant Jeanne, l’aînée comme héritière. Mais, Louis II de Male, comte de Flandre, marié à Marguerite de Brabant, fille cadette de Jean III, protesta et attaqua le Brabant. Avec le soutien de l'empereur Charles IV de Luxembourg (le frère aîné de Wenceslas), Jeanne réussit à faire valoir ses droits et à conserver le duché.

Veuve, sans héritier, elle avait 3 successeurs possibles :

Philippe par son aide à la duchesse, et le fait que les 2 autres candidats à la succession disparurent, obtint pour son fils cadet Antoine, le gouvernement du Brabant, puis le titre de duc à la mort de sa tante Jeanne en 1406.

 Les fils d’Antoine, Jean IV et Philippe de Saint-Pol dirigeront le Brabant. Ce dernier, bien que descendant d’Antoine oncle de Philippe III le Bon, se tourne vers l’Anjou et demande à Yolande d’Aragon la main de sa fille Yolande d’Anjou. Outre que Philippe III n’a pas digéré le renvoi de Catherine, ce mariage rapprocherait trop le Brabant de la France puisque la sœur de Yolande, Marie est reine de France. La mort de Philippe de Saint-Pol règle la question du mariage. Philippe III s’empresse d’annexer le Brabant à ses possessions en 1430.

 

 

Il épouse l’héritière du Luxembourg Élisabeth de Luxembourg ou Élisabeth de Goerlitz , 1390 - 1451

Elle était fille de Jean de Luxembourg, duc de Goerlitz et de Catherine de Mecklembourg-Schwerin, petite-fille de l’empereur Charles IV.

En 1409, elle épouse Antoine de Brabant duc de Brabant et de Limbourg fils cadet de Philippe II duc de Bourgogne et de Marguerite III, comtesse de Flandre .

 

Ne pouvant payer sa dot, son oncle l'empereur Sigismond lui donna en gage le duché de Luxembourg en 1411. Elle fut ainsi duchesse « engagère » de Luxembourg de 1411 à 1441. Elle se remaria en 1418 avec Jean III de Wittelsbach (1376 † 1425), duc de Bavière Straubing mais fut à nouveau rapidement veuve et sans enfant.Héritière du Brabant après la mort de ses neveux, et du Luxembourg, menant grand train et criblée de dettes, elle vendit en 1441 le Luxembourg à Philippe III le Bon duc de Bourgogne un des neveux de son premier époux. Cette vente fut cependant mal acceptée par les Luxembourgeois qui lui reprochaient d'avoir vendu le duché à un prince étranger, et elle se retira à Trèves

   

 

Son fils Jean IV de Brabant épouse Jacqueline de Bavière, l’héritière des comtés de Hainaut, Zélande et Hollande 1404 - 1433

Elle est la fille unique de Guillaume IV de Hainaut et de Marguerite de Bourgogne et deviendra comtesse de Hainaut, Zélande, Hollande en 1417

Elle est mariée au dauphin de France Jean de Touraine en 1415, mais il meurt en 1417. Son beau-frère le duc Jean Sans Peur lui a fait épouser en 1418 son neveu Jean IV de Brabant (le fils d’Antoine). C’est un mariage diplomatique. Fougueuse et romanesque, elle déclare son mariage nul, le quitte, gagne l’Angleterre et se fait épouser par le duc de Gloucester. Il débarque à Calais pour conquérir le Hainaut, fief de sa femme. Mais battu il regagne son île et fait annuler son mariage pour épouser sa maitresse.

En 1427 Jean IV meurt. Son oncle Jean de Bavière réclame la succession soutenu par le clan bourguignon. Seule, elle fait face au nouveau duc de Bourgogne, Philippe le Bon ; ils se font la guerre. En 1428, battue elle doit lui céder la gérance de ses domaines de Hollande, Frise, Zélande et Hainaut. Tout remariage lui est interdit.

Cependant, pendant son emprisonnement elle s’éprend de son geôlier, Franz von Borselen. Ils s’enfuient. Capturés elle doit choisir entre la vie de son mari et l’abandon de sa couronne. Elle choisit l’amour ! en 1433.