CATHERINE D'ARAGON, son double mariage provoque un schisme religieux  1485 - 1536

 

 

Elle est la fille de Ferdinand II d'Aragon et d'Isabelle Ière la Catholique, roi et reine d’Espagne.

 

A cette époque l’Espagne des « rois catholiques » joue un rôle important en Europe, et elle est à peu près la seule nation à accepter la nouvelle dynastie Tudor encore chancelante sur le trône d’Angleterre. Après bien des négociations, il fut décidé que Catherine d’Aragon, une de leur fille, épouserait Arthur, le fils aîné et héritier. Mais Arthur était de faible constitution et il meurt en 1502, 5 mois après son mariage. Il n’a que 15 ans ce qui laisse supposer que le mariage n’a pas été consommé.

 

Henri VII veut préserver l’entente espagnole, (et ne pas rendre la dot! ). Il envisage un temps d’épouser Catherine, mais devant le refus scandalisé de la reine Isabelle de Castille, il propose Henri, son 2e fils et nouvel héritier. Mais il est encore trop jeune. Catherine reste 7 ans en Angleterre avant d’épouser Henri.

 

Il faut toutefois obtenir une dispense du pape, car l’église interdisait à un homme d’épouser la veuve de son frère. En 1503 c’est chose faite.

 

Devenue Reine d'Angleterre en 1509, elle ne réussit pas à donner à la nouvelle dynastie Tudor un garçon. De ses cinq enfants, seule survit une fille, Marie. Henri VIII qui a besoin d’un héritier pour assoir sa dynastie, envisage de divorcer, idée renforcée par sa passion pour Anne Boleyn.

 

Catherine refuse catégoriquement de se prêter à la dissolution de son mariage. Elle sait bénéficier du soutien de son neveu Charles Quint, ce qui rend la tâche des plus délicates. Le pape Clément VII devenu une marionnette dans les mains de Charles Quint, ne veut pas le contrarier. La procédure traîne en longueur et semble ne pas devoir aboutir. Ce qui entraîne la disgrâce du cardinal Thomas Wolsey, lord-chancelier.

 

En 1534, après plus de 6 années de tractations, lorsqu’il comprit qu’il n’obtiendrait rien, le roi fut reconnu, par le Parlement, par le biais du Supremacy Act, comme le seul chef suprême de l’église d’Angleterre sur terre. Il put donc de lui-même annuler son mariage.

 

Dans la foulée paru le Succession Act qui excluait Mary de la succession, puisque le mariage de sa mère venait d’être déclaré comme nul. I

 

Désormais qualifiée de princesse douairière de Galles, Catherine  continuera à ne pas reconnaître la validité de la décision de divorce, pourtant confirmée par le Parlement. Seule sa mort garantira la légitimité, aux yeux de l'Europe, des 5 mariages contractés par la suite par Henri VIII.

 

Epilogue : le mariage d’Henri avec Anne Boleyn ne sera pas plus chanceux : elle donnera naissance à une fille Elisabeth et finira sur l’échafaud. Il faudra attendre le 3e mariage d’Henri VIII pour qu’il ait enfin un fils pour lui succéder : Edouard VI. Lorsqu’il succédera à son père il ne régnera que 6 ans mourant à l’âge de 16 ans.

 

Les 2 premières filles d’Henri VIII Marie, puis  Elisabeth succéderont à leur frère tour à tour, avant que les Tudor ne cèdent la place aux Stuart d’Ecosse issus de la sœur d’Henri VIII, Marguerite qui avait été mariée à Jacques V roi d’Ecosse.

 

 

©       La malédiction du roi de Philippa GREGORY