CONSTANCE, un même prénom pour deux reines de Sicile et une régente

Constance I  (1154 – 1198) : Impératrice mère de Frédéric II


Constance de Hauteville
  • Constance de Hauteville est la fille de Roger II de Sicile et de Béatrice de Rethel. Elle épouse en 1186, à 32 ans, le futur empereur des Romains Henri VI qui n’en a que 21. Les tractations pour ce mariage ont été longues car ni le Pape, ni le roi de Sicile, Guillaume II, neveu de Clémence n’en veulent. Il risque de réunir, sous un seule couronne, la Sicile, l’Italie du Sud, la Lombardie et l’empire allemand si Guillaume II n’a pas d’enfant.
  • Elle hérite en effet de la Sicile à la mort de Guillaume. Mais Tancrède de Lecce, un autre neveu revendique également la succession. En 1194 mort de Tancrède. Henri VI s’empare de la Sicile ; les représailles sont terribles. Henri qui soupçonne sa femme de soutenir en sous mains les rebelles, la fait surveiller. Puis lors du couronnement il la fait assister au spectacle humiliant d’un défilé de mulets portant le trésor des rois normands vers l ‘Allemagne.
  • Le 26 décembre 1194, après 9 ans de mariage, elle donne le jour, à près de 40 ans, à un garçon qui allait devenir un des plus grands personnages de la chrétienté, héritant par sa mère du royaume de Sicile, et par son père du saint Empire romain germanique : Frédéric II .
  • Si elle eut à subir tout au long de son mariage, les mauvais traitements et les humiliations de son mari qui la trouvait trop vieille, et qui se méfiait de ses liens avec les Siciliens, elle révèlera, après sa mort, ses qualités de courage, et un sens politique développé. Elle s’imposera, bien qu’elle n’ait pas été désignée par son époux, comme régente en Sicile, associant son fils de 4 ans, qu’elle fera couronner pour donner à son accession un caractère irrévocable.
  • Sentant sa disparition proche, elle confie la tutelle de son fils au Pape Innocent III.
  • Dante la célèbrera, ainsi que Frédéric II et Manfred dans la Divine Comédie. Mais par la suite, on l’accusera d’avoir empoisonné son époux et l’on reprochera à Dante d’avoir placé une meurtrière au paradis.

Constance d’Aragon : (1183 - 1222) : Régente de Sicile, et impératrice


Constance d'Aragon
  • En 1208, Frédéric II devient majeur. Il s’empresse d’exercer le pouvoir seul. Or le pape avait décidé de lui faire épouser une autre de ses pupilles Constance, sœur du roi Pierre II d’Aragon, dont le royaume était l’un des plus puissant à cette époque. Son but était surtout d’empêcher Frédéric d’épouser une princesse allemande. Frédéric qui n’a que 14 ans n’est guère pressé de se marier. De plus Pierre d’Aragon n’était pas favorable à cette union car il jugeait l’avenir de Frédéric trop incertain.
  • Constance a 10 ans de plus que lui. Elle est la veuve du roi Aymeric de Hongrie et a un fils Ladislas III. Elle a été évincée du trône de Hongrie par son beau-frère Andréas.
  • Le pape décide de mener rapidement l’affaire et vient à bout de la résistance de Frédéric et de Pierre d’Aragon. Le mariage a lieu en août 1209, et Frédéric se révèle charmé par l’épouse qu'il découvre.
  • Belle, intelligente et cultivée, elle exercera une excellente influence sur lui.
  • Lorsqu’il part en Allemagne se faire couronner empereur, il lui confie la régence du royaume de Sicile qu’elle exercera jusqu’en 1216, date à laquelle il l’appelle auprès de lui en Allemagne afin de la faire couronner impératrice. Elle sera couronnée impératrice des Romains à ses cotés en novembre 1220.
  • Elle meurt subitement à Catane à l’âge de 39 ans.

Constance II  (1247 – 1302) : apporte la Sicile à l'Aragon


Constance II de Sicile
  • Elle est la fille d’un fils illégitime de Frédéric II, Manfred et de Béatrice de Savoie. Ce dernier avait été désigné par son père, régent de Sicile pendant la minorité de son demi-frère Conrad IV.
  • Elle épouse en 1261 le futur Pierre III d’Aragon, auquel elle apporte ses droits sur la Sicile. Lorsque Frédéric II deviendra empereur, il se heurtera violemment au pape, et ce dernier proposera la couronne de Sicile au frère du roi de France, Charles d’Anjou. Mais l’opposition des seigneurs et de la population sicilienne conduira à une insurrection « Les Vêpres siciliennes » (1282) et permettra à Pierre d’Aragon de prendre pied en Sicile, au nom des droits hérités de sa femme, Constance II.
  • Elle régnera à ses côtés, puis veuve jusqu’à sa mort.