Marie Stuart ou comment perdre son trône 1542 - 1587

 

 

Fille de Marie de Guise et de Jacques V, roi d’Ecosse, elle naît en 1542, une semaine avant la mort de son père. Mais plus que tout, elle est la petite fille de Marguerite Tudor, sœur du roi d’Angleterre Henri VIII, et par conséquent la cousine de la future reine Elisabeth,« la reine vierge » qui, lorsqu’elle sera au pouvoir, ne semblera pas chercher à prendre époux, et par conséquent à avoir un héritier. Marie aura donc légitimement des droits sur la couronne anglaise.

 Sa mère assure la régence, mais craignant que les anglais ne viennent s’emparer de sa fille, aidée par ses oncles de Guise, elle fiance Marie en 1548 au dauphin, le futur François II, fils aîné d’Henri II et de Catherine de Médicis. A un peu plus de 6 ans, Marie est envoyée à la cour de France. 

Reine de France : 1559 – 1560 :

Son mariage est célébré en 1588, et elle doit signer un acte par lequel il est stipulé que, si elle meurt sans enfant, ses droits sur la couronne d’Ecosse et sur celle d’Angleterre reviendrait à la France. Puis l’année suivante elle devient reine de France lorsque François II succède à son père. Mais il est de santé très fragile et meurt peu après. Marie n’a plus rien à faire en France et doit retourner en Ecosse âgée à peine de 18 ans. 

Reine d’Ecosse : 1542 – 1567

Marguerite est catholique, et arrive en Ecosse au moment où la Réforme s’est installée, sous la houlette de John, Knox.

Devenue reine, Elisabeth I, voit d’un mauvais œil le retour de Marie, qui pourrait rapprocher à nouveau l’Ecosse de la France. D’autant plus que Marie fait rapidement valoir ses droits au trône anglais et réclame à Elisabeth de la reconnaître comme héritière.

Mais ces deux femmes, cousines, reines de deux pays voisins ont des tempéraments totalement différents : Elisabeth est une reine moderne qui s’identifie à l’Angleterre et qui veut en accroître la grandeur, Marie est surtout femme, romanesque, guidée par ses sentiments, et absolument pas préparée au métier de reine. 

Une reine très convoitée : Marie ne veut pas se contenter d’être seulement reine d’Ecosse après avoir été reine de France. Des prétendants royaux la sollicitent en mariage : l’archiduc Charles, frère de l’empereur, des princes allemands, le duc de Ferrare. Elle même pencherait pour l’infant d’Espagne Don Carlos.  Mais pas plus Elisabeth que Catherine de Médicis ne souhaitent un mariage avec une alliance étrangère. Elisabeth s’arrange pour décourager les prétendants.

Marie pense donc se rendre plus populaire en épousant en 1565 un noble écossais Henry Stuart, lord Darnley, lui aussi catholique et de surcroît son cousin. Mais son choix sera catastrophique. Bientôt il exige de partager la couronne. Enceinte du futur Jacques VI, elle voit son mari assassiner son secrétaire. Méprisant désormais son époux, elle le laisse se faire assassiner, puis épouse celui que l’on considère comme le chef de la conjuration Bothwell.

Cette nouvelle union provoque une révolte générale. Marie se voit accusée d’adultère et de complicité de meurtre.. Elle est faite prisonnière et doit abdiquer en faveur de son fils qui est couronné presque aussitôt. Il a tout juste un an. Elle réussit à s’évader de la forteresse où elle est enfermée et décide de se réfugier en Angleterre, où elle se met sous la protection de sa cousine !!!!. 

Chroniqued’une mort annoncée :

Elle restera prisonnière dans différents châteaux, ne pouvant s’empêcher de comploter, de soudoyer ses gardiens …plusieurs tentatives furent faites pour la libérer et la placer sur le trône anglais. Elisabeth finit par décider de la faire juger et reconnue coupable, de la faire exécuter. Elle meurt en 1587, à 45 ans.