LES FEMMES DANS L’ HISTOIRE

Bien des généalogies existent. Le but de ce site est de mettre en évidence, le rôle de la politique matrimoniale, des familles royales et aristocratiques depuis le Moyen-Age jusqu’au début de la Première Guerre Mondiale, et ses conséquences.

 

POLITIQUE MATRIMONIALE

  Dans les familles royales et nobles la stratégie matrimoniale, donc le choix du conjoint, répond à trois objectifs :

Ø    Préserver le nom, d’où la nécessité d’avoir un héritier mâle et même plusieurs à l’époque où la mortalité infantile est forte. Mais il ne faut pas non plus avoir à trop morceler le territoire

Ø Accroître et protéger le domaine existant : recherche d’un domaine sans enclaves, et politique d’alliance avec ses voisins les plus proches pour éviter les envahissements ou pouvoir compter sur eux en cas de conflit ;d’où des mariages croisés qui renforcent les alliances.

Ø Rechercher l’héritière, si possible d’une famille de rang supérieur pour accroître le prestige de la maison, ou au moins de rang égal. De plus la mainmise sur les héritières permet de récupérer les domaines à la mort de celles-ci. Politique on le verra très utilisée par les rois de France pour agrandir leur domaine, à partir surtout de l’instauration de la dite « loi salique » qui ne permet pas à une femme et à sa descendance de régner, tout du moins en France.

  Ceci entraîne des liens de consanguinité forts, ou des répudiations pour absence d’héritiers mâles, parfois même en vue d’alliances plus « utiles ». L’église va s’efforcer tout au long du Moyen-Age de lutter contre ces deux phénomènes.

 

En France :

Les historiens pensent qu’il n’y a pas eu de grand dessein à priori de la part des rois capétiens pour accroître leur domaine, mais à posteriori ils constatent que, d’une part la constance de règne de cette dynastie, et d’autre part la vision politique d’un certain nombre de rois, ont permis cette expansion. La stratégie matrimoniale a servi comme moyen « pacifique » de parvenir à leurs fils

Ø      Ceci principalement au XIIe et XIIIe siècles. Puis, après l’annexion d’un certain nombre de « provinces », se greffe les « apanages » donnés aux cadets de la famille royale. Mais les cadets n’ont pas toujours été fidèles à leurs donateurs.

Ø      A partir du XVIe siècle les alliances matrimoniales vont sortir du cadre « national. La France est encerclée par les Habsbourg. Les rois vont chercher des alliances, soit avec cette dynastie pour maintenir ou garantir des traités de paix, soit s’unir avec d’autres puissances pour avoir des alliés en cas d’attaque.

Ø   Après la réforme, les pays « catholiques » et les pays « protestants » mèneront leur politique matrimoniale entre eux pour renforcer le pouvoir des deux clans ; ce qui n’empêchera pas certaines conversions… 

Ø      Plus tard encore ces mariages continueront. N’appelle-t’on pas Victoria la « grand-mère de l’Europe ». Si vous examinez les généalogies des pays européens à l’aube de la 1e guerre mondiale, vous constaterez que le tsar, le kaiser et le roi d’Angleterre sont cousin, neveu, et oncle.

 

CONCEPTION DU SITE 

Quatre entrées possibles liées entre elles.

Tableaux généalogiques :

La réalisation des généalogies des rois de France, des duchés, comtés français ainsi que de certaines dynasties européennes a été conçue de telle façon qu’elle permet d’aller de lien en lien (par les mariages) d’une famille à une autre.

J’ai rencontré quelques difficultés pour les établir : Selon les époques et les pays certains prénoms sont très utilisés : il en va ainsi des Marie, Adèle, Marguerite, Margaret en Ecosse…il faut éviter de confondre la mère, la fille ou les cousines. De plus certains prénoms se transforment en changeant de pays : Eléonore et Aliénor, Béatrice et Béatrix,….

Je remercie d’avance ceux qui voudront bien me signaler mes erreurs, où m’aider à compléter ces tableaux

Les Héritières :

Si certaines sont très connues comme Aliénor d’Aquitaine ou Anne de Bretagne, il en existe d’autres, qui ont été au centre d’enjeux tout aussi importants.

Guerres de succession :

Ces mariages furent aussi source de conflits. L’absence d’héritier mâle a donné lieu à des guerres ; les rois ou les princes des grandes maisons, revendiquant au nom de leur épouse ou de leur mère les territoires sans successeur, notamment en France, où la succession par les femmes n’était pas reconnue : C’est le cas d’Isabelle de France et de la Guerre de Cent Ans.

Pour certaines de ces femmes « au cœur » des événements, j’ai réalisé une fiche descriptive, de même que pour les « guerres » de succession. Ces fiches sont signalées dans les tableaux généalogiques et des liens vous permettent d’y accéder directement. A vous de les découvrir :

Politique matrimoniale

Enfin j’ai tenté de présenter succinctement , pour chaque duché ou comté, la politique matrimoniale mis en place par leurs dirigeants.

Les mariages royaux

Mais il y a des règles à respecter pour les mariages dans les familles royales 

 

Bibliographie :

tout ceci n’a pu être réalisé qu’en me référant aux spécialistes de ces différentes époques. Je leur rend ce qui leur revient au travers de cette rubrique.