Le DUCHÉ de BAVIÈRE, la réforme et les Habsbourg 1508 - 1777

 

Guillaume et Louis X

Ils vont régner conjointement s’opposant plusieurs fois aux Habsbourg lors des élections impériales ou au trône de Hongrie. Finalement, par le traité d’Ingolstadt, une paix de 9 ans est signée, scellée par le mariage d’Anne, fille de Ferdinand Ier avec Albert, fils aîné de Guillaume. A la mort de Guillaume, la Bavière est un des rares états allemands où le catholicisme s’est fortement maintenu.

 

Albert V le Magnanime (1550 – 1579), puis son fils Guillaume V (1579 – 1597), confrontés aux guerres de religion, défendent les intérêts catholiques.

 

Maximilien (1597 – 1651)

Il dut remettre en état les finances de son duché et son armée. Ses troupes assistent l’empereur Ferdinand II pour reconquérir la Bohême qui avait mit fin à la monarchie des Habsbourg pour installer à leur place l’électeur palatin Frédéric V (début de la guerre de 30 ans). Celui-ci ayant été battu, l’empereur transfert en 1623 la dignité électorale au duc de Bavière ainsi que le gouvernement du Haut-palatinat. Un mariage vient couronner le tout celui de Marie-Anne avec l’empereur Ferdinand II. Mais, la Suède entrant dans le conflit, la Bavière va devenir un champ de bataille. Cependant il ne néglige pas la France,et négocie le mariage de sa fille Marie-Anne avec le grand Dauphin Louis, fils de Louis XIV

 

 

La Bavière électorale : au XVII les ducs électeurs vont balancer entre  Habsbourg et la France

 

Ferdinand-Marie (1651 –1679) :

Si lors de la régence de son fils Ferdinand-Marie, Marie-Anne d’Autriche, sa mère maintient les liens avec Vienne, Maximilien avant sa mort, avait organisé le mariage de celui-ci avec Adélaïde-Henriette de Savoie, fille du duc de Savoie et de Christine de Bourbon, fille d’Henri IV. Toutefois il reste fidèle à l’empereur et refuse de se porter candidat à l’élection, mais accepte de soutenir la candidature de l’électeur palatin Léopold, élu sous le titre de Léopold Ier.

 

Maximilien II (1679 – 1726) :

Après son élection l’idée d’un rapprochement avec la France voit le jour, mais lorsque Louis XIV veut étendre ses possessions, le duc de Bavière se rapprocha de l’empereur et l’on organisa le mariage de Marie-Antonia, fille de Léopold et Marguerite d’Habsbourg-Espagne avec Maximilien II. Le contrat prévoyait que la mariée renonçait à ses droits sur l’Espagne au profit des la lignée masculine d’Autriche. Par contre, si Léopold mourait sans héritier mâle, les Pays-Bas espagnols reviendraient à l’électrice au décès de Charles II.

En 1688, Louis XIV envahit le Palatinat après la mort de l’électeur sans héritier, au nom de sa belle-sœur « La Palatine ».

Maximilien est nommé gouverneur des Pays-Bas par Charles II. Pour consolider sa descendance il se remarie avec Thérèse-Cunégonde, fille du roi de Pologne.

 

La succession espagnole Après la mort de son fils Joseph Ferdinand, héritier de la couronne espagnole et la désignation de Philippe V d’Anjou comme roi d’Espagne, Maximilien quitte le gouvernement des Pays-Bas. Il s’allie avec la France provoquant la fureur de l’empereur qui envahit la Bavière. La réconciliation entre les 2 familles est scellée par le mariage de Charles-Albert de Bavière avec Marie-Amélie, fille de Joseph Ier et nièce de Charles VI qui a succédé à son frère, sous réserve de renoncer à la succession d’Autriche.

Le pacte de famille : soucieux d’assurer la sécurité du duché en cas de nouveau conflit, Maximilien signe, en1724, le Pacte de Famille avec son cousin éloigné Charles-Philippe, électeur palatin qui préconisait une assistance mutuelle.

 

Un éphémère empereur Wittelsbach : A la mort de l’empereur Charles VI, Charles-Albert revendique la succession ce qui va provoquer la guerre de succession d’Autriche. Charles-Albert, soutenu par la France est élu empereur en 1742. Il meurt 3 ans après, mais son fils, laisse la couronne aux Habsbourg-Lorraine en la personne de Marie Thérèse.

 

Maximilien III Joseph (1745 – 1777) doit reconstruire la Bavière ravagée par la guerre de succession. Il meurt sans descendant. Le pacte de famille se met en place et Charles Théodore électeur palatin arrive en Bavière. Mais lui même n’a pas d héritier. L’Europe va s’en mêler. La succession de Bavière