La BAVIÈRE, et l’avènement des Wittelsbach 1180 - 1508

 

D’après Histoire de la Bavière d’Henry BOGDAN

 

L’entré des Wittelsbach dans l’histoire : en 1180, l’empereur Frédéric Barberousse inféode le duché de Bavière à Othon de Wittelsbach, petite famille noble, dont les descendants seront ducs héréditaires.

 

Louis Ier 1183 – 1231 :

Il succède à son père, au moment où se déroule le conflit relatif à la succession de l’empereur entre le futur Frédéric II de Hohenstaufen et Othon IV. Ayant soutenu Frédéric II, Louis reçoit de celui-ci le palatinat du Rhin par le mariage de son fils Othon avec l’héritière Anne de Saxe.

Othon II l’illustre 1231 – 1253 :

Il accroît son duché et soutient toujours l’empereur alors excommunié par le Pape. Pour le remercier l’empereur marie son fils cadet Conrad à Elisabeth, fille d’Othon.

 

Le partage de la Bavière : 1255 – 1340

Louis II le Sévère (1255 – 1294)

A la mort d’Othon, la Haute Bavière et le Palatinat du Rhin échoient à l’aîné Louis. Son autorité est grande et c’est lui qui favorisera la nomination de Rodolphe de Habsbourg à l’élection impériale. Rodolphe reconnaissant lui donne en mariage sa fille Mathilde.

A sa mort il y eut conflit entre ses 2 fils au moment de la nouvelle élection impériale. .L’aîné Rodolphe était favorable à Adolphe de Nassau, alors que le cadet Louis soutenait son oncle Albert Ier de Habsbourg. Les frères se partagèrent les états : Rodolphe conserva la Palatinat du Rhin et les pays sur la rive droite de l’Isar ; Louis reçut les bailliages d’Ingolstadt. Leur opposition dura surtout lorsque Louis fut élu roi de Germanie en 1314. En 1317 Rodolphe malade abandonne à Louis le soin de refaire l’unité de la Haute-Bavière.

Henri Ier :

Second fils de Louis le Sévère, ses descendants régnèrent sur la Basse-Bavière. La grande préoccupation fut la revendication d’Othon III (fils d’Henri) à la couronne de Hongrie qu’il revendiquait en tant que petit-fils du roi Béla IV par sa mère Elisabeth. A sa mort la Basse-Bavière échoit à son fils et 2 cousins. Ne parvenant pas à gouverner ensemble, un partage fut proposé, de courte durée, car les 3 princes moururent rapidement sans héritier. La Basse-Bavière rentre dans l’héritage des Wittelsbach de Haute-Bavière.

 

La Bavière réunifiée : 1340 – 1347 et un Wittelsbach sur le trône impérial

Louis IV et Frédéric de Habsbourg  s’affrontent pour le titre impérial. Faute d’un vote unanime, ils entrent en guerre. Finalement Louis, malgré l’intervention du pape, exerce les pleins pouvoirs. S’il garde la mainmise sur la Bavière, il cède , en 1319, le Palatinat Rhénan et le Haut-palatinat à ses trois neveux. Il accroît son patrimoine en récupérant la succession de Brandebourg et le Tyrol par le mariage de son fils avec Marguerite l’héritière.

 

La Bavière morcelée 1347 – 1508

Par son remariage avec Marguerite de Hollande, il règne sur ces états. Il eut plusieurs fils de ses 2 mariages. A sa mort la division règne entre les fils. L’empereur en profite pour récupérer le Brandebourg, puis le Tyrol.

Etienne II à l’Agrafe (1351- 1375)

Il rétablit l’unité du duché, et à sa mort ses 3 fils gouvernèrent ensemble mais rapidement des dissensions virent le jour et les 3 frères finirent par se partager le territoire en 1392.

George transgressa la loi de succession en désignant sa fille et son gendre Rupprecht comme héritiers. A sa mort la plupart des états d’Allemagne soutinrent Albert IV de Bavière-Munich provoquant une guerre de succession qui ravagea le pays. La mort de Rupprecht et de sa femme en 1504 met fin au conflit. Albert IV récupère ainsi tout le duché

 

Albert IV (1463 – 1508) édite en 1504 la loi de primogéniture pour régler la succession des Wittelsbach : celle-ci se ferait désormais de mâle en mâle, par ordre de naissance en ligne directe. Les cadets seraient dotés d’apanage avec le titre de comte. Il meurt en 1508, son fils Guillaume IV lui succède sous la régence de son oncle Wolfgang.

 

Les Wittelsbach sont désormais considérés comme une grande dynastie et vont pouvoir s’unir aux grandes familles que sont les Habsbourg d’Autriche, les Jagellon de Pologne ou les Visconti de Milan.