Europe centrale : mise en place de « marches » pour protéger le Saint-Empire jusqu’aux Habsbourg

 

Plusieurs pays émergèrent vers le Xe siècle en Europe centrale soutenus par l’empereur pour constituer des « marches » face aux grandes invasions barbares et plus tard face aux Mongols et aux Turcs. Ainsi se fit l’avènement de certaines familles, qui, tout en faisant allégeance à l’empereur du Saint-empire romain germanique, réussirent à maintenir leur pouvoir et même à obtenir de l’empereur le titre de roi.

Des dynasties locales :

 

La Pologne avec les Piast

La « Pologne » est une vaste plaine septentrionale irriguée par la Vistule et l'Oder. C'est une terre de passage, qui sera aussi pendant des siècles un champ de bataille. Son histoire tourmentée a rendu ses frontières instables. Les limites du territoire n'ont cessé, à partir du Xe siècle, de se déplacer d'ouest en est.

Les Piast sont connus à partir de Mieszko Ier qui constitua un embryon d’état polonais que ses successeurs agrandirent jusqu’à Bolelas III qui divisa son royaume entre ses 4 fils affaiblissant cette région face aux visées conquérantes de ses voisins.

 

Les Hongrois  avec les Arpad

Appelés aussi Magyars, ils abandonnent la steppe russe et s’installent dans la plaine du moyen Danube en chassant les Avars. L’empereur Otton Ier arrête leur expansion à la bataille de Lechfeld et leur confie le territoire qui prend leur nom de Hongrie. Le duc Géza de la dynastie des Arpad en devient le chef et c’est son fils Etienne plus tard canonisé  qui organise le pays.

 

La Bohême avec les Prémyslides

C’est un territoire qui regroupe la Bohême proprement dite, la Moravie annexée au début du XIe siècle et une partie de la Silésie. La tribu des Tchèques, installée autour de Prague regroupa les slaves en un état sous l’autorité d’une dynastie les Prémyslides. Ayant d’abord des rapports amicaux avec l’empereur, les liens se dégradèrent ensuite, et, après 15 ans de lutte, l empereur Otton Ier leur impose un lien de vassalité. En 1212 Ottokar Ier obtient de Frédéric II le titre royal et l’hérédité. Il devint même par la suite grand électeur alors qu’il ne faisait pas parti des princes allemands.

 

L’Autriche avec les Babenberg

Après avoir stoppé les Hongrois, Otton Ier décida de créer une marche orientale l’Autriche qui fut confié à un membre de la famille des Babenberg, Léopold, beau-frère de l’empereur, qui régna 40 ans sur ce territoire en fit une principauté quasiment indépendante. En 1156, la marche fut élevée en duché et la transmission héréditaire leur fut accordée. Puis ils englobèrent la Styrie dans leur domaine.

 

Au XIVè siècle la plupart de ces familles disparurent faute d’héritier. Même si les empereurs avaient conclu des alliances matrimoniales, espérant ainsi mettre leur emprise sur ces territoires, des dynasties extérieures viennent s’imposer dans ces états pour quelques temps

 

En Bohême les Luxembourg 1310 - 1437  puis les Jagellon 1471 - 1526

A l’extinction de la dynastie Prémyslides, Jean du Luxembourg devenu empereur mit son fils Charles à la tête du royaume, réunissant même sous Sigismond l’union des couronnes de Hongrie, Bohême et le titre impérial jusqu’en 1437.

Après une période transitoire avec un noble tchèque George Podierad, les Jagellon prennent pied en Bohême.

 

En Hongrie les Anjou 1309 - 1526

La dynastie arpadinenne s’éteint en 1301. Un interrègne s’installe jusqu’à ce que le Pape impose un roi issu des Anjou du royaume de Naples : Charles-Robert. Ils deviendront même un moment roi de Pologne sous Louis Ier.

 

Ces deux nouvelles dynasties nouèrent rapidement des liens familiaux entre elles, la Pologne et l’Autriche et se disputèrent souvent le titre d’empereur.

 

En Pologne les Anjou 1370 – 1382 puis les Jagellon 1386 - 1572 et les Vasa 1587 - 1668

C’est seulement en 1370 que s’éteint la dynastie Piast. Louis d’Anjou, roi de Hongrie  et qui a été élu roi de Pologne a 2 filles : Marie et Hedwige. A sa mort en 1382, les polonais qui veulent se détacher de la Hongrie proposent la couronne à la cadette Hedwige en lui demandant d’épouser le grand-duc de Lituanie Ladislas II Jagellon dont la région vient d’être rattachée à la Pologne.

 

Autriche, de l’extinction des Babenberg à la création de l’empire austro-hongrois par les Habsbourg 1246 - 1918

A la mort de Frédéric II d’Autriche de la famille Babenberg s’ouvre un long conflit entre plusieurs candidats pour s'emparer du duché. (Succession Babenberg) qui finit par échouer à Rodolphe de Habsbourg.

Puis, par une politique matrimoniale et des alliances bien choisies, la dynastie des Habsbourg va agrandir ses territoires  avec la Bohême et la Hongrie en 1526 - une partie de la Pologne en 1772