FRANCHE-COMTE ou comté de Bourgogne, entre Habsbourg et Capétiens  (1307 - 1678)

 

Vassal de l’empire germanique

Otte Guillaume est considéré comme le premier comte de Bourgogne. En 1307, il est rattaché à l’empire germanique Il conclut d’intéressants mariages pour ses enfants :

Renaud Ier de Bourgogneest nommé comte palatin.

Guillaume Ier le Grand

Comme son grand-père il utilise les mariages pour conforter ses positions :

 

Le comté devient Franc-Comté

Renaud III après l’assassinat de son cousin Guillaume dit l’allemand, il lui succède et cherche à obtenir son indépendance vis à vis de l’empire. Par les armes il obtient de Conrad Hohenstaufen le statut de « Franc Comte » qui donnera plus tard le terme de Franche-Comté.

 

Empire reprend ses droits

A la mort de Renaud son frère Guillaume IV de Macon tente de prendre le pouvoir au détriment de sa nièce Béatrice. Mais l’empereur Frédéric Barberousse l’en empêche et épouse Béatrice Iere de Bourgogne. Il se ménage les bonnes grâce de la branche cadette en attribuant aux héritiers de Guillaume des terres notamment Etienne reçoit la région d’Auxonne. Il tente de renforcer l’axe Bourgogne Lorraine en mariant ce dernier à Judith de Lorraine.

Frédéric et Béatrice auront plusieurs enfants ; leur 2e fils Othon est nommé comte palatin de Bourgogne. Marié à Marguerite de Blois ils n’auront que 2 filles. A sa mort Etienne d’Auxonne rallie des partisans pour s’opposer à la succession de ses cousines, Jeanne, puis Béatrice. Le dernier fils de Frédéric Barberousse, l’empereur Philippe de Souabe décide de la marier à un de ses fidèles Othon de Méranie qui devient co-régnant. Leur fils Othon III n’aura pas d’héritier et c’est sa sœur Adélaïde qui devient comtesse.

 

Passage dans la maison royale capétienne

Adélaïde épouse Hugues de Chalon, issu par son père de la branche cadette et par sa mère du duché de Bourgogne.

Leur fils Othon IV épouse en 2e noce Mahaut d’Artois. Ils vont avoir 2 filles qui, par leur mariage respectif, vont amener le comté de Bourgogne dans le domaine royal. Ce sont les tristement célèbres Jeanne et Blanche de Bourgogne qui avec leur cousine Marguerite vont ternir la fin des 3 derniers rois capétiens, fils de Philippe le Bel.

Jeanne II épouse le roi de France Philippe II et Blanche épouse Charles IV. Si Blanche meurt en prison, Jeanne reprend sa place auprès de son mari. Leur fille Jeanne III va être mariée au duc de Bourgogne Eudes IV, qui devient Eudes Ier comte de Bourgogne. Son petit fils Philippe de Rouvre hérite à la fois du comté et du duché de Bourgogne. On lui fait épouser Marguerite de Flandre. Mais il meurt prématurément.

 

Rattachement au duché de Bourgogne et retour à l’empire

Le roi de France Jean II le Bon décide de marier son fils Philippe à l’héritière de Bourgogne et de lui donner les domaines en apanage. On sait que les ducs de Bourgogne vont s’émanciper de la tutelle royale, devenant un état à part entière, jusqu’à la mort de Charles Le Téméraire en 1477. Malgré le mariage de Marie de Bourgogne avec Maximilien d’Autriche, la Comté fut occupée par les troupes françaises. Au traité d’Arras en 1482, elle est donnée en dot à Marguerite d’Autriche, fille de Marie et de Maximilien, fiancée au futur Charles VIII. Mais après le mariage de ce dernier avec Anne de Bretagne, Maximilien lance une expédition militaire pour récupérer la province. Charles VIII plus intéressé par l’Italie la cède aux Habsbourg en 1493. Elle y restera 2 siècles

Le règne des régentes des pays d’Embas», les même qui furent régentes des Pays-Bas

  • Marguerite d’Autriche qui avait su assurer la régence en Savoie à la mort de son époux Philibert
  • Marie de Hongrie devenue veuve en reçoit la régence de la part de son frère Charles Quint
  • Marguerite de Parme, demie-sœur de Philippe II d’Espagne lui succède
  • l’archiduchesse Claire-Eugénie, fille de Philippe II, et son mari Albert sont les derniers régents.

Ensuite la gestion sera confiée à des gouverneurs. Il sera difficile à la Comté, de par sa position géographique, de ne pas subir les conséquences des guerres entre Bourbons et Habsbourg. Conquise dès 1674, la Franche-Comté devient officiellement française au traité de Nimègue en 1678.