LES HABSBOURG – une dynastie européenne 1273 - 1556

Cette dynastie, originaire d’Alsace, possédait également des territoires en Suisse. Elle doit son nom au château que Werner, leur ancêtre, fit construire en 1020, dans cette région, sous le nom de « Habitchtsburg » (château des vautours) dont le nom Habsbourg est une contraction.

 Rodolphe Ier, empereur 1273 - 1291 et duc d'Autriche 1278 - 1282

A la mort, en 1254, de Conrad IV, dernier empereur de la dynastie Hohenstaufen, les électeurs finissent par choisir Rodolphe de Habsbourg au détriment d'Ottokar II, roi de Bohème. Celui-ci a trois filles à marier et 3 des électeurs cherchent des épouses pour leur fils.

Il révèle ses qualités politiques en battant un de ses rivaux au trône, le roi des tchèques Ottokar. Il s’attribue la succession d’Autriche des Babenberg, mais fin stratège, il laisse le trône de Bohême à Wenceslas, fils d’Ottokar. Cependant il arrange un mariage croisé :

Il lui reste encore 2 filles pour consolider ses positions : ²&

C’est le début d’une longue politique matrimoniale, clé de voûte de la puissance des Habsbourg.

A la mort de Rodolphe, les Habsbourg vont connaître une période de retrait avec des pertes de territoire, et des échecs au titre d’empereur au profit des famille Wittelsbach et Luxembourg.

 

Rodolphe IV 1358 - 1365

C’est lui qui institue l’autonomie de l’Autriche vis à vis du Saint-Empire. Il est le premier à porter le titre d’archiduc, et le nom Autriche apparaît pour la 1e fois à la place de Habsbourg. N’ayant pas pu se faire élire, il épouse, cependant, Catherine de Bohême, fille de l’empereur Charles IV. Par ailleurs il annexe le Tyrol, ce qui donnera par la suite à l’Autriche un accès aisé vers l’Italie.

Ses frères et successeurs Albert III et Léopold III agrandissent le domaine, mais leurs dissensions provoquent la séparation en 2 branches Albertine et Léopoldine ou Styrienne.

 

Albert V, archiduc d'Autriche 1404 - 1439, empereur 1438-1439 sous le nom d'Albert II.

Il a épousé Elisabeth, fille de l’empereur Sigismond. A la mort de ce dernier il est élu empereur et hérite des couronnes de Hongrie et de Bohême. Mais il meurt rapidement. Les électeurs choisissent alors son cousin Frédéric

 

Frédéric III :1440 - 1493.

Il fut le dernier empereur à aller se faire couronner à Rome. Son règne indolent lui fit perdre une partie de ses possessions. Il réussit toutefois à préparer l’agrandissement de la maison d’Autriche en mariant son fils Maximilien à Marie de Bourgogne, ce qui lui assura les possessions des Pays-Bas et de la Franche-Comté.

Il se fait mal voir des électeurs, mais ceux-ci, pour la première fois, souhaitent assurer une continuité dynastique à l’Empire. Ils élisent donc son fils Maximilien. A partir de ce moment les Habsbourg vont dominer l’Europe des XVe, XVI et XVIIe siècle.

 

Maximilien Ier empereur 1493 - 1519

S’il ne fut ni un bon guerrier, ni un grand souverain, il sut conclure des alliances matrimoniales qui se révèleront lourdes de conséquences :.

Ces mariages servaient à sceller un réseau d’alliances anti-français qui encerclait le royaume des Valois. Elles furent renforcées par la politique matrimoniale de Ferdinand d’Aragon, père de Jeanne

 

Charles Quint  empereur 1516 - 1556

La mort prématurée des héritiers d’Espagne le fait héritier des possessions des rois catholiques Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon : mort de Don Juan d’Espagne en 1497 et de son fils posthume peu de temps après ; Miguel, petit-fils des rois catholiques par sa mère Isabelle, aurait pu réunir Castille et Portugal, mais il meurt en 1500, et Ferdinand, qui s’est remarié, perd le fils de son second mariage.

Philippe le Beau, père de Charles, meurt peu après en 1506 lui léguant les Pays-Bas, la Franche-Comté, et l’Autriche .A la mort de Ferdinand, Il devient roi d’Espagne, sa mère Jeanne étant devenue « folle » est écartée du pouvoir.

Il devient, fait rare, héritier de ses 4 grands-parents. Il poursuit et renforce cette cohésion dans la partie ibérique en :

Face aux dimensions de son empire, Charles cherche à créer un loyalisme dévoué à la maison d’Autriche en associant au gouvernement des membres de sa famille

Il abdique en 1558, laissant à son fils l’Espagne et les possessions bourguignonnes Pays-Bas et Franche-Comté.

Il lègue les territoires autrichiens à son frère Ferdinand et lui obtient le titre d’empereur, qui a été refusé à son fils.

Le devenir des 2 branches de la maison d’Autriche est désormais séparé mais des liens matrimoniaux entre Habsbourg-Autriche et Habsbourg-Espagne continueront à assurer une cohésion certaine.