Les Welf, une très ancienne famille pleine de rebondissements 1070 - 1218

 

 

Rois de Bourgogne :

Les Welfs prendront place dans le monde des grands de l’époque lorsque Rodolphe Ier deviendra roi de Bourgogne en 888. Proche des empereurs du Saint-Empire par des liens matrimoniaux, Rodolphe III, le dernier roi, sans descendant, cédera ses territoires à Conrad II. Eudes de Blois, cousin de Rodolphe, lui contestera cette donation mais sera battu.

 

Ducs de Bavière principaux rivaux des Hohenstaufen

La branche cadette des Welf est implantée dans le sud de la Germanie.

 

Welf III, sans descendant cédera ses biens à son neveu Welf IV d’Este (duché de Ferrare en Italie)

 

Welf IV – Welf Ier duc de Bavière 1070- 1077

Par son mariage avec Ethelinde il deviendra duc de Bavière en 1070. Il prendra alors le titre de Welf Ier. Il se remarie avec Judith de Flandre qui lui donnera 2 garçons : Welf et Henri.

Après avoir été un fervent partisan de l’empereur, il appuie ensuite le Pape.

 

Welf V (II de Bavière) :

il épouse Mathilde de Toscane, fervente partisane du Pape.

Lorsqu’elle fait don de ses territoires italiens au pape, Welf se sépare d’elle en 1105, et se rapproche de l’empereur.

 

Henri IX Le noir

Il succède à son frère. En échange de son soutien à Lothaire II de Supplinburg pour son élection à la tête de l’empire, ce dernier lui donne sa fille Gertrude comme épouse pour son fils. Elle lui apporte en dot La Saxe.

 

Henri X le Superbe 1126 -1139

Il possède la Bavière et une grande partie de l’Autriche actuelle. Son beau-père Lothaire le désigne comme héritier mais les électeurs lui préfèrent Conrad de Hohenstaufen. Il accepte de le reconnaître à condition de recevoir l’investiture du duché de Saxe. Devant son refus, il se révolte contre Conrad qui le dépouille attribuant :

Henri XII Le Lion 1156 – 1180

Il épouse Mathilde d’Angleterre, fille d’Henri II Plantagenêt, roi d’Angleterre.

Frédéric Barberousse lui rend la Bavière amputée de l’Autriche. Mais Henri se comporte tyranniquement envers ses voisins. Convoqué devant la diète et refusant de s’y rendre, il est dépossédé de ses biens :

Il se réfugie à la cour d’Angleterre, auprès de son grand-père Henri II avec ses enfants Othon et Guillaume.

 

Enfin un empereur dans la famille

Othon IV de Brunswick  - empereur 1209 - 1218

De son père il ne conserve que les villes de Brunswick et de Lunebourg.

A la mort de l’empereur Henri VI son fils Frédéric n’a que 2 ans. Philippe de Souabe, frère d’Henri, se porte candidat, soutenu par le roi de France Philippe Auguste. Mais les électeurs craignant les guerres vers l’Italie proposent la couronne à Richard Cœur de Lion, roi d’Angleterre. Conscient des difficultés que cela entraineraient, il refuse mais suggère la candidature de son neveu Otton de Brunswick, fils de sa sœur Mathilde, soutenu par le Pape. Cependant, Philippe de Souabe est d’abord élu. Mais, bientôt assassiné, Othon lui succède.

Othon ne tient pas les promesses faites au pape, qui l’excommunie. Puis, battu à Bouvines il doit se retirer. Frédéric II de Hohenstaufen lui succédera.

Il avait d’abord épousé Béatrice de Souabe, fille de son concurrent. Celle-ci meurt peu de temps après ses noces et il se remarie avec Marie de Brabant. Mais ils n’auront pas d’héritier.

 

La mise en place du duché de Brunswick et le début d’une longue lignée.

Guillaume de Lunebourg

Il succède à son frère à la tête du Lunebourg et épouse la fille du roi du Danemark. Ils auront un fils Othon dit « le Jeune ».

 

Othon 1235 - 1252

Il s’allie avec son oncle maternel Valdemar II de Danemark pour contrer le tout puissant empereur Frédéric II. Mais, ils finiront par se réconcilier en 1235 et l’empereur le fait duc de Brunswick et de Lunebourg.

Il épouse Mathilde fille d’Albert II de Brandebourg.