MANTOUE, des liens forts avec les Habsbourg d’Autriche   (1328 - 1706)

Mantoue est située stratégiquement entre 2 lacs dans la plaine lombarde. Elle fait partie des territoires cédés, à sa mort, par Mathilde de Toscane, au Pape. Pendant près d’un siècle papes et empereurs vont se disputer son héritage. Du XIIe  au début du XIVe  Mantoue est une république urbaine.

Louis Ier  (1328 – 1360 ) : En 1328, Louis de GONZAGUE, l’un des chefs du parti guelfe, devient capitaine de la ville. L’empereur le nomme vicaire impérial en 1329. A partir de cette date le sort de la ville allait être lié à cette famille. Des conflits éclateront tout au long de ce siècle entre les états selon leur appartenance guelfe ou gibelin (duché de milan), proche voisin.

Guy  (1360 – 1369) : L’assassinat de son fils marié à Catherine Visconti, va entraîné une haine farouche de la part des seigneurs milanais contre les Gonzague.

Louis II  (1369 – 1382) : (on le soupçonne d’avoir fait assassiner son père et ses frères). Soucieux de calmer ses ennemis, il négocie le mariage de son fils François avec Agnès Visconti. Lui même épouse Alda d’Este, fille d’un duc proche avec qui il a également des démêlées.

François  (1382 – 1407) : Si au début de son règne, l’entente est bonne avec les Visconti, bien vite les relations se dégradent à nouveau à tel point qu’il accusera sa femme d’adultère et la fera décapiter.

Jean-François  (1407 – 1444) : Il a 12 ans à la mort de son père. La régence est assurée par Charles Ier  Malatesta, son oncle à double titre (époux de sa tante et frère de sa mère). Malatesta va chercher à unir sa famille à celle des Gonzague en organisant le mariage de Jean-François avec une de ses parentes. Cette famille est affligée d’une difformité (bosse dorsale) qui va désormais se perpétuer chez bon nombre de Gonzague.

 

Marquis de Mantoue  (1433 - 1530)

Contre espèces sonnantes et trébuchantes, Jean-François achète à l’empereur Sigismond le titre de marquis de Mantoue et négocie le mariage de son fils aîné avec la nièce de l’empereur Barbara de Brandebourg

LLouis III  (1444 – 1478) : /span> Il s’allie d’abord avec Venise contre Francesco Sforza, puis entre au service de celui-ci. En 1459, après la chute de Constantinople, le Pape Pie II, pour remercier Mantoue d’avoir organiser un congrès préparatoire de la croisade, nomme Francesco, fils du marquis, cardinal. Il fut un grand mécène. Il accueille le peintre Andréa Mantegna.

FFrédéric Ier  (1478 – 1484) :/span> C’est l’époque ou Mantoue va rivaliser avec Florence en matière de mécénat.

FFrançois II  (1484 – 1519) : /span> Le marquis, brillant général, va offrir ses services de condottiere au plus offrant soit tour à tour Venise, le roi de France Louis XII, puis le pape. Il épouse Isabelle d’Este qui va donner à la cour de Mantoue tout son éclat. En 1530, elle réussit à obtenir, de Charles Quint, le titre de duc de Mantoue pour son fils Frédéric.

 

Ducs de Mantoue (1530 - 1627)

FFrédéric II  (1519 - 1530) :/span> een 1531 Il acquiert le marquisat de Montferrat par son mariage avec Marguerite de Montferrat. Il vont avoir 3 fils. Le 2e, Louis va devenir, par mariage duc de Nevers et fondera la lignée Gonzague-Nevers. Quant au dernier Ferdinand il achètera le comté de Guastalla fondant la lignée Gonzague-Guastalla, qui revendiquera la succession à la mort de Vincent II

François III  (1540 – 1550) : /span> TTrop jeune à la mort de son père, sa mère et ses oncles assurent la régence. En 1543, Charles Quint lui accorde la main de sa nièce Catherine d’Autriche, fille du futur empereur Ferdinand Ier . Ils n’auront pas d’enfant

Guillaume  (1550 – 1587) :strong> FFrère de François. En 1561, il décide de renforcer les liens avec les Habsbourg en épousant une autre fille de Ferdinand Ier , Eléonore d’Autriche. Lien qui sera encore renforcé lorsqu’il donnera une de ses filles en mariage à Ferdinand de Tyrol, un fils de Ferdinand Ier .

Vincent Ier  (1587 – 1612) : /span> Il sera élevé par l’empereur au rang de prince du Saint-Empire romain germanique. Après un premier mariage annulé pour faute de postérité, il épouse Eléonore de Médicis. Ils vont avoir trois fils qui n’auront pas de postèrité.

FFrançois IV  (1612 – 1612) : Il est marié à Marguerite de Savoie. A sa mort (il ne règne que 10 mois) la maison de Savoie fait valoir les droits de leur petite fille Marie, sur la marquis de Montferrat./span>

FFerdinand  (1612 – 1626) : Frère de François, il lui succède. Mais il est cardinal. Il demande à être relevé de ses fonctions pour pouvoir prendre épouse et avoir un héritier.

Vincent II  (1626 – 1627) : /span> Dernier frère. Sans enfant à son tour, le duché est convoité par de nombreuses puissances, ce qui va provoquer la guerre de succession de Mantoue.

 

Maison Gonzague-Nevers

CCharles Ier  (1580 – 1637) : /span> petit fils de Frédéric II, il finit par succéder à Vincent. Il va perdre peu à peu ses fils. Ses fils meurent avant lui, mais ses 2 filles Anne et Marie vont intervenir sur la scène politique

CCharles II  (1637 – 1665) : /span> ppetit fils de Charles Ier . Sa mère Marie de Mantoue assure la régence. Elle abandonne les liens tissés avec la France, par son beau-père pour se rapprocher de l’empereur en organisant le mariage de son fils avec Isabelle-Claire, une nièce de Ferdinand Ier , tandis que sa fille Eléonore épouse Ferdinand III qui deviendra empereur à son tour. Charles dilapidera les ressources du duché à tel point qu’il finit par vendre à Mazarin ses possessions à savoir les duchés de Mayenne, Nevers et Rethel.

Charles-Ferdinand III  (1665 – 1708) : son mariage, organisé par sa mère, avec Anne Isabelle permet d’assurer l’alliance avec la famille Guastalla qui avait revendiqué la succession. Malgré 2 mariages il n’aura pas d’héritier. 

Pendant la guerre de succession d’Espagne, il prend partie pour Louis XIV. Mais les troupes savoyardes entrent dans Mantoue. L’empereur Léopold Ier , confirme l’attribution de Montferrat au duc de Savoie, démet Charles-Ferdinand de ses titres honorifiques et rattache le duché à celui de Milan qui est gouverné par son fils le futur empereur Charles VI.

© La princesse de Mantoue de Marie FERRANTI