PARME et PLAISANCE, quand le pape installe sa famille  1545 - 1731

Principauté d’obédience gibeline, alliée à Frédéric II, elle passe ensuite dans le camp guelfe. En 1344 la principauté de Parme fut vendue à Obizzo III d’Este qui la revend en 1346 à Lucchino Visconti, seigneur de Milan.

En 1511, au congrès de Mantoue, le pape Jules II accorde le duché de Milan aux Sforza et rattache Parme et Plaisance aux états pontificaux.

En 1545, le Pape Paul III les érige en duché pour son fils naturel Pierre-louis FARNESE.

Pierre Louis (1545 – 1547 )Instaure un gouvernement énergique. Charles Quint est inquiet de la politique étrangère qu’il mène. Il semblerait être lié à son assassinat

Octave Le pape lui a fait épouser Marguerite d’Autriche, dite Madama fille naturelle de Charles Quint. Mais il oscille dans ses alliances, et n’arrive pas à se faire reconnaître duc de Parme par le Pape, qui veut récupérer ses territoires, puis par Charles Quint. Finalement il se met sous la protection de Philippe II, roi d’Espagne.

Alexandre (1586 – 1592) Elevé en Espagne, il séjourna peu dans le duché. Ce fut un grand homme de guerre, appelé comme régent des Pays-Bas en 1577, pour succéder à sa mère à ce poste.

Le mariage d’Alexandre : son père souhaite lui faire épouser une Médicis ou une Este, mais Philippe II s’oppose à des unions entre principautés italiennes. Il propose l’une de ses filles, mais c’est Marguerite sa mère qui s’y oppose à son tour. Finalement il épousera Marie de Portugal

Ranuce Ier (1592 – 1622) il épouse la nièce du Pape Clément VII. Son long règne lui permet d’organiser administrativement son duché.

Edouard Ier 1622 – 1646) Seul fils légitime de Ranuce, il hérite du duché qu’il gère sous la régence de son oncle puis de sa mère. Il épouse Marguerite de Médicis puis s’allie à la France pour contrer les ambitions espagnoles dans le nord de l’Italie. Mais il perd la guerre et, sur le conseil du Pape, doit signer un traité d’alliance et se désengager vis à vis de la France.

Ranuce II (1646 – 1694) Pour renouer une alliance la France lui propose la main d’une des nièces de Mazarin, et une dot importante, mais il estime que, malgré son besoin d’argent, elle n’est pas d’assez haute condition. Il se mariera 3 fois

François (1694 – 1727) La situation financière du duché étant désastreuse, il épouse Dorothée-Sophie, veuve de son demi-frère Edouard. Ainsi il n’a pas à rendre la dot. N’ayant pas d’héritier, son frère lui succède.

Antoine (1727 – 1731) Après une vie oisive, il devient duc à 48ans. Il lui faut se marier rapidement. Il souhaite épouser Henriette d’Este, mais leur lien de parenté les oblige à demander une dispense au Pape, qu’il obtient. Il meurt rapidement. Henriette semble enceinte.

 

La succession aux Bourbons- Parme  

Dorothée-Sophie assure la régence, attendant la venue de son petit fils Charles, fils d’Elisabeth Farnèse, à la tête du duché. Mais le pape souhaite la restitution des états et l’empereur envahit le duché. On attend la naissance de l’enfant, qui n’aura pas lieu.

Finalement les troupes autrichiennes quittent Parme. Le traité d’Aix la Chapelle qui met fin à la guerre de succession d’Autriche donne à le royaume de Naples à Charles, et Parme et Guastalla (famille des Gonzague) à son 2e petit-fils Philippe que l’on marie à Elizabeth, fille de Louis XV.  

Philippe (1748 – 1765) Les rapports entre l’Empire et Parme se resserrent avec le mariage d’une de ses filles, Marie-Isabelle avec Joseph II de Habsbourg. Mais, pour faire bonne mesure, son autre fille  Marie-Louise est mariée à Charles IV, devenu roi d’Espagne. Il reste le mariage de son fils à organiser.

Le mariage de Ferdinand : la France et l’Espagne lui cherchent une épouse. L’Espagne penche pour une alliance avec Marie Béatrice d’Este, seule héritière d’Hercule III. A la mort de ce dernier Ferdinand recueillerai t l’héritage. La France propose Bathilde d’Orléans, mais l’Espagne refuse. Finalement l’Autriche propose Marie-Amélie, avec, encore une fois, une dispense papale.  

Ferdinand (1765 – 1802) Marie-Amélie ne suivra pas les instructions de sa mère, Marie Thérèse d’Autriche, et ses actions menaceront les relations entre la France, l’Espagne et l’Autriche.  

Napoléon envahit les états et confère le titre à Cambacérès. En 1814, le duché est donné avec Guastalla à Marie-Louise d’Autriche qui avait été donnée en mariage à Napoléon. A sa mort le duché reviendra encore à un Bourbon-Parme jusqu’à son rattachement au royaume d’Italie en 1860