La CHAMPAGNE et l'épopée de Navarre   923 - 1361

(d’après :  Histoire de la Champagne – ed Privat)

La maison de Vermandois :

Herbert II et ses fils : son mariage lui vaut le comté de Meaux. Cherche à s’installer dans la partie est de la « Belgique ». Farouche adversaire des derniers carolingiens. Il a 3 fils :

A la mort d’Herbert le roi partage son héritage entre ses 2 neveux :

La maison de Blois :

Eudes, est le fils de Thibaud Le Tricheur, comte de Tous, Blois, Chartres et Châteaudun et Provins qui lui venait de Liegarde sa mère

Il n’était pas mort que son épouse Berthe de Bourgogne épousait le capétien Robert Le Pieux

Son fils Eudes II sous la protection du roi reçoit les possessions de son cousin Etienne en 1022 à la mort de celui-ci : comtés de Troyes et de Meaux

Se mobilise pour la succession de Bourgogne, à la mort du roi Rodolphe II mort sans héritier. Conrad II lui dispute la couronne

Le roi profite de son décès pour affaiblir la maison de Blois. La tâche lui est facilitée par le partage qui intervient entre les 2 fils d’Eudes : Thibaut I et Etienne, puis Thibaut et son neveu Eudes III. Ce dernier part avec Guillaume Le Conquérant à la conquête de l’Angleterre laissant le champ libre à son oncle, qui par son mariage avec Adèle de Bar acquiert le comté de Bar-sur-Aube.

Dès avant la mort de leur père Etienne-Henri avait hérité des territoires ligériens et briards, tandis que son demi-frère Hugues recevait le reste.

Durant l’absence d’Etienne à la croisade, la comtesse Adèle administra le domaine avec fermeté ainsi que sa nombreuse famille.

Hugues fut le 1e qui prit officiellement le titre de comte de Champagne. Il déshérite le fils né de sa 2e femme et choisi pour successeur son neveu Thibaut II, puis entre dans l’ordre du temple crée par son vassal Hugues de Payns

Thibaut II ayant refait l’unité du patrimoine familial, abandonna le titre de comte de Champagne pour celui de comte de Blois.

Thibaud II, fils d’Adèle de Normandie, se découvre plus anglo-normand que capétien : dans toutes les guerres il se porte du coté du roi d’Angleterre Henri I Beauclerc. Le naufrage de la Blanche Nef fait de lui le plus proche héritier mâle de la couronne. Mais son frère cadet, Etienne le devance et se fait proclamer roi par l’aristocratie anglaise en 1135

Thibaut, marié à Mathilde de Carinthie se tourne alors vers l’Est. Il cherche à développer les foires, mais leur succès dépend de l’alliance avec la Flandre, pour éviter que les routes commerciales ne contournent la Champagne pour se rendre dans cette région. Des projets d’unions matrimoniales confirment ces accords.

Henri le Libéral, à la mort son père, contrairement à toutes les traditions, prit les comtés champenois comme part d’héritage, laissant le reste à ses frères. Elle devait cette promotion à sa position stratégique sur la frontière orientale du royaume et à l’essor de son commerce.

Henri puis ses fils Henri II et Thibaud II prirent le nom de comte de Troyes. Il tenait de l’empereur 9 châtellenies.

Importantes à long terme furent les unions matrimoniales croisées entre les Thibaudiens et la famille royale

La comtesse Marie assura la régence pendant la minorité de son fils Henri II, puis pendant son absence à la croisade. Il quittera la Champagne en 1190 pour devenir l’époux de la reine de Jérusalem dont il aura 2 filles qui revendiqueront son héritage échu en 1197 à leur oncle Thibaut III

Thibaud III et Blanche de Navarre

Thibaud qui avait épousé Blanche de Navarre mourut en 1201 avant le départ pour la croisade.

Blanche gouverna au nom de son fils Thibaud IV, né posthume. Cette minorité assura au roi de France Philippe Auguste non seulement la neutralité des Champenois amis aussi leur aide. Thibaud IV fut élevé à la cour de France. Ces concessions s’expliquent par les menaces qui pesaient sur la Champagne avec les revendications des 2 filles d’Henri II : Erard de Brienne, époux de Philippine réclamait l’héritage de sa femme. Blanche sut l’emporter tant sur le plan politique que militaire, faisant intervenir tant le roi que le Pape.

Elle sut même soumettre, avec l’aide de l’empereur Frédéric II,  le duc de lorraine qui re reconnut son vassal pour la châtellenie de Neufchâteau

Thibaud IV le Chansonnier roi de Navarre

Inconstant dans le domaine politique, il sut par contre administrer ses domaines. Il adopta le titre de comte palatin de Champagne et de Brie.

En 1234 Sanche Le fort de Navarre étant décédé sans enfant, il hérita du royaume et fut couronné à Pampelune en 1234.

En même temps il négociait avec le 2e fille d’Henri II , Alix de Chypre le rachat de ses prétendus droits sur la Champagne. Pour ce faire il vendit au roi de France ses droits sur les comtés de Blois, Chartres, Sancerre et Châteaudun.

Thibaud V et Henri III

Thibaud hérite d’un domaine agrandi. Mais l’influence capétienne s’étend sur cette province à la suite du mariage de Thibaud V avec Isabelle, fille de louis IX.

Son frère Henri III luis succède, marié à Blanche d’Artois, nièce de Louis IX.. Devenue veuve elle confia le royaume de Navarre et sa fille Blanche à la garde du roi de France, tandis qu’elle épousait le duc de Lancastre Edmond. Ce dernier administra la Champagne jusqu’en 1284.

A cette date, Jeanne, devenue majeure, épousa Philippe Le Bel et fut couronnée reine de France.

L’union de la Champagne au domaine royal :

Jeanne conserva le gouvernement de son héritage. Elle mourut en 1304, après avoir fondé le collège dit de Navarre, à Paris, pour les étudiants champenois démunis.

Son fils aîné Louis X Le Hutin prit le titre de comte de Champagne et roi de Navarre, puis ses 2 frères Philippe V Le Long, et Charles IV le Bel.

Louis X avait eu une fille Jeanne II, mariée à son cousin Philippe d’Évreux.. Si Jeanne fut écartée de la succession au trône de France au nom de la « loi salique », elle revendiquait, et son mari avec elle, la Champagne et la Navarre. Philippe de Valois qui devint roi de France, sous le nom de Philippe VI, négocia le désistement de Jeanne sur la Champagne , mais lui reconnut la possession de la Navarre

Jean Le Bon proclama le rattachement définitif de la Champagne au domaine royal en 1361.  

Charles Le Mauvais, fils de Jeanne d’Évreux émit encore des revendications sur la Champagne, pendant la guerre de Cent Ans, en monnayant son aide. Son fils Charles III renonça définitivement à ses droits en 1404.  

Il épousera en deuxième noce leur fille Blanche

♥ "La dame de Champagne" de Maryvonne MIQUEL