PALATINAT, territoire ravagé par les guerres 1299 - 1799

 

Le Palatinat, est une région du saint-empire allemand divisée en Haut et en Bas Palatinat. Le terme de Palatin tire son origine des comtes «palatins», qui étaient nommés dans les provinces, comme gouverneurs et juges par les empereurs.

Le Haut-Palatinat était compris entre le margraviat de Bayreuth, la Bohème, la Bavière.

Le Bas-Palatinat ou Palatinat rhénan, une des plus fertiles régions de l'Allemagne, sur les deux rives du Rhin, était installé entre les  électorats de Mayence et de Trèves, le Wurtemberg et Bade, l'Alsace et la Lorraine.. 

 

Le rattachement du Palatinat aux Wittelsbach en 1228

Dès le XIe siècle, les premiers comtes étaient possesseurs héréditaires du Palatinat et siégeaient au collège électoral des princes laïques. En 1156, à la mort de Hermann II, sans postérité, l'empereur Frédéric Ier attribue le Palatinat à son frère, Conrad de Souabe. Puis, l'empereur Henri VI l’attribue à son gendre Henri de Saxe, fils aîné d’Henri le Lion. Mais après sa rébellion, l'empereur Frédéric II lui enlève toutes ses possessions. Othon de Wittelsbach hérite de la Bavière. Son petit- fils Othon II épouse Agnès de Palatinat, petite-fille d’Henri de Saxe, qui lui apporte ce territoire en dot.

En 1256, les deux fils d'Othon II, Louis le Sévère et Henri, se partagent les états : Louis garde le Palatinat du Rhin et la Bavière supérieure, et Henri la Bavière inférieure. A la mort de Louis, en 1294, ses 2 fils se partagent à niveau le territoire :

Louis dépouille son frère de ses états pour avoir soutenu Frédéric le Bel d'Autriche pour le titre d’empereur. Mais, en 1319, il rend à ses neveux, Adolphe, Rodolphe II et Robert Ier, le Palatinat du Rhin, avec la partie de la Bavière appelée Haut-Palatinat.

 

Le Palatinat devient autonome mais se morcèle : 1319

Adolphe Ier meurt en 1527, et son frère Rodolphe II signe avec l'empereur Louis de Bavière une convention suivant laquelle la dignité électorale devait appartenir alternativement à la Bavière et au Palatinat.

Robert Ier, son frère qui lui succède en 1353, obtient de l'empereur Charles IV l'annulation de cette clause.

Robert II, 1390-1398, neveu de Rodolphe II

Robert III, 1401 - 1410.

Elu empereur après que Wenceslas Ier de Luxembourg ait été dépossédé de son titre, il ne peut pas se faire couronner à Aix-la- Chapelle car la route passe par les possessions d'un de ses opposants Guillaume I° de Gueldre et Juliers.

De son mariage avec Elisabeth de Nuremberg il eut plusieurs enfants :

Les branches formées Jean et Othon s'éteignent rapidement et les possessions reviennent à la branche aînée.

Robert marie ses filles à ses proches voisins : Agnès épouse le duc de Clèves, Marguerite le duc de Lorraine Charles II, Elisabeth épouse Frédéric IV de Habsbourg, duc du Tyrol

 

Louis III 1410 – 1436

Il a 2 fils qui lui succèdent Louis IV et Frédéric Ier comme tuteur de son neveu Philippe Ier, fils de Louis IV.

 

La création du Palatinat Neubourg en 1505

Philippe Ier 1476-1508

Il entre en guerre contre le duc de Bavière à propos de la succession du duc de Bavière-Landshurt, dont la fille Elisabeth est mariée à son 2e fils Robert. A la suite de cette guerre, il est crée, en 1505, le duché de Palatinat-Neubourg, donné aux enfants de Robert : Othon-Henri et Philippe, qui sera évincé par son frère qui régna seul à partir de 1541.

Ses 2 fils Louis V 1508-1544 et Frédéric II 1544-1556 lui succèdent. Sans héritier leur neveu Othon-Henri du Palatinat-Neubourg devient électeur palatin.

 

Othon-Henri 1556-1559

Il devient électeur palatin à la mort  de son oncle en 1556. À sa mort en 1559, ses possessions sont partagées

 

Le titre d’électeur passe à la branche de Palatinat-Simmern

Frédéric III 1559-1576 duc de Simmern, marié à Marie de Brandebourg, il se convertit sous son influence.

Ses descendants directs lui succèdent : Louis VI 1576-1583, Frédéric IV, 1583-1610,

Frédéric V 1610-1623,

Ayant accepté la couronne de Bohème en 1619, l'empereur Ferdinand Il, transfère le titre à son cousin, le duc Maximilien de Bavière. Cette élection à la tête de la Bohême va être un des éléments de la guerre de Trente Ans. Par le Charles-Louis 1648-1660

Par le traité de Westphalie, en 1648, le Bas-Palatinat lui est rendu, et un huitième électorat est créé en sa faveur.

Charles II 1680-1685

Il n’a pas d’héritier, mais il a une sœur Charlotte-Elizabeth à qui son père a fait épouser le frère de Louis XIV, Philippe d’Orléans. Si sa succession a déjà été réglée avec son cousin Philippe de Neubourg, Louis XIV ne l’entend pas de cette façon et la guerre de succession du Palatinat est déclenchée.

Avec lui s'éteint en 1685, la ligne Palatine de Simmern.

 

Le titre d’électeur échoie à la branche de Palatinat-Neubourg en 1685

Wolfgang de Bavière, duc des Deux-Ponts, héritier du Palatinat-Neubourg. Descendant d’Etienne de Simmern et Deux-Ponts, il va avoir 5 fils.qui se partagent ses possessions à sa mort.

 

Philippe -Louis de Neubourg

Il a épousé Anne de Clèves. A la mort du père de cette dernière il réclame la possession du duché de Clèves-Juliers qui lui est contesté par l’électeur de Brandebourg. C’est la guerre de succession de Clèves-Juliers. 

A sa mort le territoire de Soulzbach est attribué à son 2e fils Auguste dont un des descendant Charles-Théodore héritera du titre et de toutes les possessions.

Wolfgang- Guillaume

Il se convertit au catholicisme. Son père veut le déshériter mais il meurt avant.

De son mariage avec Madeleine de Bavière, il a un fils Philippe-Guillaume

 

Philippe-Guillaume 1685-1690

A la mort de son cousin Charles II, et après la guerre de succession du Palatinat, il hérite de celui-ci et du titre d’électeur.

De son 2e mariage il va avoir 18 enfants, et la réputation de fécondité de ses filles va lui permettre des alliances royales : Eléonore avec le futur empereur Léopold Ier de Habsbourg, Marie-Sophie et Marie-Anne vont épouser respectivement le roi de Portugal Pierre II et celui d’Espagne Charles II et Sophie-Dorothée le duc de Parme.

Deux de ses fils vont lui succéder.

 

Jean-Guillaume 1690-1716 il épouse la sœur de Léopold Ier. Son frère lui succède

 

Charles III –Philippe 1716-1742

Pour renforcer l'union entre les branches de sa dynastie, il marie sa fille Elisabeth avec Joseph-Charles de Soulzbach, puis en 1742 sa petite-fille Élisabeth-Auguste à son neveu et héritier Charles-Théodore.

Il meurt sans héritier mâle en 1742. Toutes les possessions de cette branche (Palatinat électoral, Palatinat-Neubourg Juliers et Berg) reviennent à la branche cadette des ducs de Sulzbach en la personne de Charles-Théodore de Soulzbach.

 

Le Palatinat reconstitué, et rattaché définitivement à la Bavière

Charles-Théodore 1742-1799

Sans héritier, il désigne come successeur Charles II Auguste de Palatinat Deux Ponts Birkenfeld, de la branche cadette des Wittelsbach.

La mort, sans héritier, de l'électeur Maximilien III Joseph de Bavière, fait de Charles-Théodore l’héritier le plus proche. Après des tentatives d'échanges territoriaux, l’hostilité de la Prusse entraine la guerre de succession de Bavière. A l’issue de la guerre, Charles-Auguste est déjà mort en 1795, et Charles-Théodore meurt à son tour.

C’est désormais Maximilien, comte de Birkenfeld, frère de Charles-Auguste qui devient électeur de Bavière et hérite de toutes les possessions palatines. En 1805, il sera fait roi de Bavière par Napoléon en 1806.